Doit-on se laver avant l’amour ?


Se sentir propre, fraîche… S’il est indispensable d’avoir une hygiène intime adaptée au quotidien, les rapports sexuels ne doivent pas conduire à en faire davantage. En la matière, le mieux est l’ennemi du bien, et à trop vouloir en faire, on risque de déséquilibrer le microbiote vaginal.

Concilier hygiène intime et sexualité c’est possible en adoptant les bons gestes.

 

Doit-on se laver avant l’amour ?

Près de 3 femmes sur 10 et 1 homme sur 4 se lavent avant chaque rapport*. Une précaution non nécessaire d’un point de vue médical.

Certaines personnes peuvent toutefois se sentir plus à l’aise vis-à-vis de leur partenaire lorsqu’elles se sentent propres. Dans ce cas, une toilette intime très légère, avant un rapport est tout à fait possible : avec de l’eau et un soin lavant spécifique ou une lingette intime. Mais veillez à ne pas dépasser deux toilettes intimes par jour.

 

Après l’amour ?

40 % des femmes et 30 % des hommes procèdent à un nettoyage des parties génitales après un rapport. Il n’y a pas d’obligation. Une recommandation : uriner pour prévenir tout risque d’infection urinaire. L’excès de toilettes intimes pourrait déséquilibrer la flore vulvo-vaginale.

 

Quel produit utiliser pour la toilette intime ?

Privilégier des soins lavants doux d’hygiène intime qui respectent le pH des muqueuses vulvaires et anales.

 

Que faut-il éviter lors de la toilette intime avant/après un rapport ?

Les soins lavants trop agressifs sont à éviter, tout comme les déodorants intimes ou les parfums, qui entraînent des risques d’allergie et d’irritation. 

Les douches vaginales : il est fortement déconseillé de pratiquer des douches vaginales ou lavages vaginaux.

 

L’hygiène intime au quotidien : les bons gestes

L’hygiène intime se fait à la main, sans gant de toilette (nid à bactérie). Chez la femme, elle doit se limiter à la vulve et la région anale, et se faire d’avant en arrière. Inutile de pratiquer les douches vaginales, au risque de détruire la flore microbienne et de provoquer infections et mycoses. En ce qui concerne la toilette intime masculine, l’homme doit essentiellement se concentrer sur le gland : celui-ci doit être décalotté afin d’éviter l’accumulation de sécrétions malodorantes sous le prépuce.

 

* De l’hygiène intime à la sexualité. Regards croisés homme/femme. Saforelle, Soins intimes et corporels. http://www.laboratoiresiprad.com/saforelle/wp-content/uploads/sites/2/2014/04/Guide-hygiene-intime-sexualite.pdf


Conseils associés