Syndrome du choc toxique


Le Syndrome du Choc Toxique (SCT) est une maladie infectieuse rare mais très grave, il n’est pas forcément lié aux règles. Nous n’évoquerons que le syndrome du choc toxique menstruel.

 

Son évolution étant extrêmement rapide et pouvant être mortel, il convient de reconnaître ses premiers signes, de consulter un médecin au plus vite et surtout, de se conformer aux règles d’utilisation pour l’éviter !

 

Quels sont les facteurs favorisant le choc toxique ?

Dans le cas du SCT menstruel, plusieurs conditions doivent être réunies pour le développer :

  • Être porteuse de la bactérie Staphylocoque doré productrice de la toxine TSST-1 (seulement 4% des femmes sont concernées*),
  • Ne pas être immunisée contre cette toxine,
  • Ne pas respecter certaines règles hygiéniques d’utilisation des coupes menstruelles et des tampons.

*Communication du 15/09/2017 à GENESIS-PARIS du Pr Lina, Biologiste à l’hôpital civil de Lyon

 

Le staphylocoque doré, la bactérie responsable du choc toxique

Les staphylocoques dorés (staphylococcus aureus) sont des bactéries que nous retrouvons régulièrement au niveau de la peau, du nez et rarement au niveau vaginal. Parmi ces staphylocoques dorés, certains sont capables de produire une toxine spécifique. – Le staphylocoque doré est responsable d’une infection et notamment le SCT dès lors qu’il entre en contact avec le sang.

Le sang menstruel est le bouillon de culture idéal car il apporte tous les nutriments nécessaires à sa multiplication. Sa croissance est d’autant plus importante lorsque le sang stagne au niveau du vagin, ce qui est favorisé par les tampons et les coupes menstruelles.

 

Les tampons hygiéniques et les coupes menstruelles sont-ils responsables du choc toxique ?

Les tampons hygiéniques ou les coupes ne sont pas directement mis en cause, en revanche, leur mésusage, comme le port prolongé (plus de 6h), constitue l’un des principaux facteurs de risques de SCT menstruel. C’est la raison pour laquelle il est fortement recommandé de ne pas les laisser dans le vagin plus de 6 heures.

 

Choc toxique et staphylocoques dorés : des symptômes peu spécifiques

Les Symptômes du Choc Toxique ne se manifestent pas au niveau de la sphère gynécologique, ils sont en effet très peu spécifiques et plutôt semblables à ceux d’une forte grippe ou d’une gastro-entérite : sensation de malaise, extrême fatigue, forte fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, troubles digestifs (vomissements, diarrhées…), associés parfois à des rougeurs cutanées (comme des coups de soleil). Ils surviennent brutalement et peuvent évoluer rapidement, en 48 heures, vers le choc toxique, si aucun traitement n’est instauré.

Si ces symptômes apparaissent avec le port du tampon ou coupe menstruelle il faut le retirer et consultez un médecin sans tarder.

 

Choc toxique : un traitement sans attendre

En l’absence de traitement, les toxines peuvent s’étendre aux autres organes et provoquer des complications susceptibles de mettre en jeu votre vie. La prise en charge du SCT menstruel requiert l’hospitalisation immédiate de la patiente et repose sur l’administration d’antibiotiques.

 

Comment prévenir les risques de choc toxique ?

Inutile de céder à la panique et de renoncer aux tampons hygiéniques ou à la coupe menstruelle.

 

Il est possible d’opter pour ces protections hygiéniques, mais il faut impérativement suivre certaines règles de bon usage :

  • Changer son tampon toutes les 4 à 6 heures maximum,
  • Vider sa coupe toutes les 6 heures maximum, bien la nettoyer (celle de Saforelle possède sa boite de stérilisation),
  • Ne pas dormir avec un tampon ou une coupe menstruelle et privilégier le port de serviette hygiénique pendant la nuit,
  • Se laver soigneusement les mains avant et après la pose de son tampon ou de votre coupe menstruelle.
  • Lire attentivement la notice

Juliane BERDAH

Gynécologue médicale et obstétrique

Conseils associés